Règles du forum

Pour témoigner dans cette section, il faut soit une vérification préalable de la qualité d'aspie ou autiste soit un accord spécifique de la part de l'équipe du site (autistes potentiels non diagnostiquées uniquement).

Pour cela adressez vous par courriel à reseaudeescaa chez gmail point com.

Réagir aux témoignages, les commenter, est accessible à tous les membres inscrits sans exception.
Nouveau sujet Répondre Imprimer Syndication RSS 2.0

Présentation de mon histoire (chez Martin WINCKLER)

  • Messages : 31
  • Inscrit : 12 Janvier 2013
Message édité 1 fois, dernière édition par Anahita, 14 Février 2013, 17:44     Lien vers ce message 14 Février 2013, 17:19

Reprise du dernier message

J'ai commencé la lecture de tes écrits sur le blog de martin winckler le mois dernier.
Ca m'avait bouleversée.
Remise de mes émotions, j'y suis retournée pour poursuivre ma lecture.
Je suis de nouveau bouleversée, tu utilises les mêmes mots que moi pour décrire ce que tu ressens.
"cette vague impression d’être là sans y être, de vivre le moment présent en le regardant de l’extérieur"
"Mais je ressens également toujours la même drôle d’émotion triste par contre, car je me rends a l’évidence chaque fois, non, je ne leur ressemble pas... Et probablement jamais je ne leur ressemblerai."
" les gens biens sont reconnus comme tels par ce qu’ils montrent de leur vie conventionnelle, et je ne suis pas conventionnelle...
Suis je quelqu’un de bien ?"
"J’ai l’impression de vivre dans le reflet des autres... N’être qu’une forme de fantôme, dans leur existence."

Entre autres, pour ne citer que des phrases de cet écrit là.
N'ayant pas parcouru autant de chemin que toi, ces ressentis sont encore et toujours très forts.

Mais par contre, pour ceci = "De part ma non existence sociale « classique » [8], je dois prouver ma valeur morale, et de part mes différences de comportement, de mouvement, de compréhension, je dois me battre pour être juste acceptée dans cette immense communauté... J’y arrive oui."
Moi je n'y arrive pas.
Parce que je n'ai jamais réellement compris en quoi j'étais différente d'eux et pourquoi ils étaient capable d'apprendre instinctivement les règles des interactions sociales, de la communication, et pas moi. J'ai toujours constaté à mes dépens leur façon étrange de raisonner, de voir le monde, et leur rejet systématique de ce qui diffère trop de leur fonctionnement.
J'ai bien essayer de copier les autres, de glaner des phrases pour simuler des réactions dans la norme. Mais ce fut fait de manière si maladroite que c'était quand même toujours inadapté. Je n'ai fait que tester encore et encore, jouer des rôles, faire semblant de... Mais sans les comprendre, ce fut en vain.
Face à tant de différences entre eux et moi, j'ai toujours été démuni :/.

Puis on n'a cessé de me dire que chacun est différent.
Mais les autres sont similairement différents quand même...
Ils peuvent avoir des différences d'opinion, je l'entends bien, mais leur chemin de pensée est souvent similaire.

Je me suis toujours pensée seule dans mon fonctionnement différent, donc pour moi tes écrits ont une grande valeur.
L'impression d'être compris, voir être compris... Un concept dont j'avais abandonné même l'existence pour mon propre cas.

Donc, merci d'avoir écrit, et d'avoir partagé tes écrits surtout. SA ou pas, ça me fait du bien, et à d'autres aussi visiblement.
Avatar de Updating-Boy
  • Age : 29 ans
  • Messages : 835
  • Inscrit : 23 Mars 2012
  Lien vers ce message 14 Février 2013, 19:12
Citation
"cette vague impression d’être là sans y être, de vivre le moment présent en le regardant de l’extérieur"
"Mais je ressens également toujours la même drôle d’émotion triste par contre, car je me rends a l’évidence chaque fois, non, je ne leur ressemble pas... Et probablement jamais je ne leur ressemblerai."
" les gens biens sont reconnus comme tels par ce qu’ils montrent de leur vie conventionnelle, et je ne suis pas conventionnelle...
Suis je quelqu’un de bien ?"
"J’ai l’impression de vivre dans le reflet des autres... N’être qu’une forme de fantôme, dans leur existence."


Au boulot,je sais que j'existe parce que mes collègues ont cosncience de mone xistence et qu'ils font attention par des petites choses:nous avons des relations normales.

Dehors je dirais qu'il y'a les gens bienveillants comme ceux qui me coiffe et d'autres malheureusement pour qui je reste un espèce de camélion bien bizzare...

J'ai les larmes aux yeux parfois aussi quand ca m'a bien fatigué...

Parfois le discours de chaplin revient et je me rends compte à quel point dans ces moments je me sens perdu et j'en deviens violent.Enfin bon,il paraît que mon SA se voit plus que personne saurait quoi ce soit à ce stade si on m'avait pas diagnostiqué en 2009...


Qu'elle est courte notre épée de France
  • Messages : 31
  • Inscrit : 12 Janvier 2013
Message édité 1 fois, dernière édition par Anahita, 15 Février 2013, 11:45     Lien vers ce message 14 Février 2013, 19:28
......
Répondre


.